Les soins homéopathiques pour la dysthyroïdie

La dysthyroïdie est un dysfonctionnement de la glande thyroïde. Elle est provoquée par l’excès d’hormone thyroïdienne et l’hypothyroïdie où les hormones thyroïdiennes sont en trop faible quantité nécessaire pour le bon fonctionnement du corps. La maladie touche principalement les seniors. Différents symptômes peuvent apparaître et sont souvent confondus avec toutes les maladies liées au vieillissement qui demandent des soins homéopathiques optimaux. Par ailleurs, le constat est qu’elle touche beaucoup plus les femmes que les hommes. La fabrication des hormones T4 qui sont les tétraiodothyronines ou thyroxines et la T3 ou la triiodothyronine est le principal rôle de la glande thyroïde. Un moindre dysfonctionnement de la production de ces hormones entraîne la formation d’un goitre par exemple. Ainsi, l’un de ces deux cas peuvent affectés un malade, soit le patient est atteint de l’hyperthyroïdie, soit il s’agit d’une hypothyroïdie.
 

Les causes et symptômes

L’hyperthyroïdie se caractérise par une quantité excessive d’hormones. Cela rendra au repos l’hypophyse et l’hypothalamus. L’hypothyroïdie est manifestée par la fabrication insuffisante d’hormone qui rend l’hypophyse et l’hypothalamus hyperactif. Ceci s’observe surtout chez le malade qui présente des carences en iode. Divers symptômes de la maladie peuvent aussi se manifester. Il peut y avoir des manifestations cardiovasculaires, des problèmes musculaires, un amaigrissement, des problèmes neuromusculaires, ou encore le patient pourrait être amyotrophié. Ces points sont à prendre en compte durant les soins homéopathiques de la maladie. Le malade pourrait avoir de la fièvre et de la transpiration, des troubles digestifs, cutanés, troubles d’humeur et de caractère, voire même de l’anxiété ou de l’insomnie. En opposition à l’hyperthyroïdie, l’hypothyroïdie associe une baisse de la température au ralentissement du métabolisme, à une faible pulsation et une baisse des capacités intellectuelles.

 

 

Comment assurer le diagnostic

Une prise de sang peut aider à diagnostiquer l’hyperthyroïdie, confirmée part l’augmentation de l’hormone thyroïdienne. A la suite de ce diagnostic, les soins homéopathiques peuvent ainsi se faire. L’anethumgraveolens est un meilleur remède contre l’hypothyroïdie que l’hyperthyroïdie. Le soin dure 3 mois, et le traitement est purement naturel. Le soin consiste à mâcher des feuilles d’aneth fraîches et à boire de l’eau après. Dans l’hyperthyroïdie, l’amaigrissement est le signe le plus fréquent. Quant à l’hyperthyroïdie, l’iodum est un médicament efficace. La dose recommandée varie selon la gravité de la pathologie. Différentes doses de dilution peuvent être prises.

 

 

 

 

Qu’est ce qui favorise la maladie

La dysthyroïdie est plus fréquente chez les sujets âgés. La prise en abondance de médicaments peut aussi être à son origine. Des patients présentant des troubles cognitifs, des troubles nerveux ou anémie doivent être suivis de près et dépistés s’ils sont affectés par une dysthyroïdie. Pour prévenir au mieux la perte d’autonomie qui y est rencontrée, il est nécessaire de recourir largement au dépistage biologique des situations à risques. Après le diagnostic biologique établi, il serait bon d’entreprendre une analyse étiologique avant de commencer à traiter la maladie et pour optimiser les actions sur les signes visibles qui provoquent la perte d’autonomie. Il est aussi utile de consulter un docteur lorsqu’un sujet est abasourdi par une fatigue intense et persistante sans qu’aucun effort ne soit fourni. Du coup, il faut se demander si les changements d’humeur apparaissent fréquemment. Dans tous les cas, il est toujours sage de consulter un spécialiste homéopathique lorsqu’un cas suspect se présente avant de prendre une décision quelconque. Le traitement de l’iode radioactif est le principal traitement de choix des hyperthyroïdies du sujet âgé. Pourtant, il est souvent déconseillé dans le cas où il y a une incontinence urinaire et des troubles cognitifs. Les spécialistes prescrivent souvent les bêtabloquants. Ils s’opposent aux effets cliniques des hormones thyroïdiennes et améliorent certains symptômes comme la tachycardie, les troubles digestifs, les troubles neuropsychiques et du sommeil. Toutefois, même si un patient opte pour des soins homéopathiques, il est toujours nécessaire de consulter un médecin spécialiste pour savoir la vraie nature de la maladie et pour ne pas se tromper des médicaments. Ce qui est nécessaire car de nos jours, plusieurs médicaments homéopathiques sont vendus et sont presque à la portée de tous. De plus, ils sont souvent accompagnés des traitements et indications qui ne sont pas difficiles à interpréter.